Minilifting biplan sous anesthesie locale

Parmi les techniques de rajeunissement de la face, le lifting cervico-facial représente l’intervention la plus connue. Il s’agit d’une intervention qui a fait la preuve de…

Type d’anesthésie

anesthésie locale le plus souvent, anesthésie locale + complément intraveineux, anesthésie générale

Durée de l’hospitalisation

De 2 heures à une journée en fonction du type d’anesthésie

Introduction

Parmi les techniques de rajeunissement de la face, le lifting cervico-facial représente l’intervention la plus connue. Il s’agit d’une intervention qui a fait la preuve de son efficacité, et qui donne de très bons résultats, mais elle reste une intervention aux suites assez compliquées, et elle nécessite habituellement une anesthésie générale. L’anesthésie générale et les contraintes postopératoires font qu’un certain nombre de patientes redoutent cette opération bien qu’elles en aient très envie. Ces personnes peuvent craindre les suites postopératoires, d’éventuelles complications, ou l’idée d’un arrêt de travail prolongé ou d’une exclusion sociale longue.

 

Ces différentes craintes ont pu expliquer le succès des liftings appelés « médicaux » qui consistent principalement à l’utilisation de fils tenseurs, pratiqués sans hospitalisation et sous anesthésie locale pure.

 

De façon à corriger les défauts de la partie inférieure du visage et du cou, tout en ayant une correction plus harmonieuse de cette zone que les fils tenseurs, a été développé plus récemment le minilifting biplan sous anesthésie locale. Cette technique a été bien présentée et bien analysée par le Dr Vladimir Mitz de Paris, qui a publié récemment un article de référence sur le sujet (1). Le Dr Mitz est connu mondialement pour sa description du SMAS facial (PRS 1976).
Cette nouvelle approche permet de réaliser une bonne correction de la partie inférieure du visage, sous anesthésie locale, en chirurgie ambulatoire. Elle permet de rajeunir la partie inférieure du visage et le cou, sans changer l’expression globale du visage.

Objectif de l’intervention

L’intervention de minilift biplan a pour objectif de corriger la partie inférieure du visage et de corriger la région cervicale.

 

De façon à limiter les ecchymoses et les suites postopératoires, cette intervention n’est pas combinée à une lipostructure (transfert de graisse) ou à un autre geste sur le visage. Cette intervention peut éventuellement être combinée à une blépharoplastie supérieure qui a également des suites très simples.

 

Le principe de l’intervention est de remettre en place les structures cervico-faciales inférieures en remettant en tension le SMAS cervico-facial, et à le suturer en profondeur devant et autour de l’oreille pour permettre une remise en tension de la partie inférieure du visage.

Avant l’intervention

Lors de la première consultation?

Une fois le rapport bénéfices/risques positif établi, les grandes lignes de cette chirurgie et sa réalisation en ambulatoire sont expliquées à la patiente. ?L’ensemble des critères d’inclusion pour la chirurgie ambulatoire doivent être présents (bon état médical, critères psycho-sociaux et environnementaux).?Il est bien expliqué à la patiente le gain à attendre de cette opération à savoir la remise en tension de la partie inférieure du visage et la remise en tension du cou. Les grandes déformations cervicales ou la remise en tension de la partie haute du visage, ne relèvent pas de cette intervention, mais d’un lifting cervico-facial classique.

 

Les critères de sélection?

Dans le cadre d’une intervention de chirurgie ambulatoire, le patient doit bien accepter l’hygiène corporelle, l’horaire du jeûne, la nécessité de la présence d’un accompagnant pour la sortie, et la nuit suivant l’intervention.


Lors de la 2ème consultation, les informations et consignes pré et post-opératoires sont remises et expliquées au patient qui est responsabilisé, qui est un acteur indispensable à la réussite de la prise en charge ambulatoire.?Les ordonnances pré- et postopératoires sont données. La patiente est fortement encouragée à récupérer son traitement médical, avant le jour opératoire.

 

Accueil au bloc opératoire?

L’accès au bloc opératoire se fait à pieds, accompagné du personnel soignant accueillant, souriant et rassurant. Une prémédication a été remise au patient avant l’intervention. Avant l’intervention, sont vérifiées la check-list avec les consignes préopératoires, la présence d’un accompagnant pour la sortie, en confirmant l’heure probable de sortie.

Intervention

Juste avant l’intervention, un dessin préétabli est réalisé, repérant la quantité de peau excédentaire en pré-auriculaire et dans la région mastoïdienne (derrière l’oreille). Le repérage antérieur se fait par une mise en tension ferme selon le vecteur vertical au niveau pré-auriculaire, et vers l’arrière vers le haut à 45° en rétro-auriculaire.

 

L’anesthésie locale se fait à la Naropeine Adrénalinée en infiltrant les zones d’incision et en réalisant un bloc au niveau sus-orbitaire, sous orbitaire et au niveau mentonnier mais également de la zone d’ERB.

 

On réalise l’ablation de l’excédent cutané en enlevant la peau située entre les deux tracés et en laissant le socle de SMAS intact en profondeur, tout autour de l’oreille. L’hémostase doit être soigneuse. On réalise ensuite une incision périphérique distale du SMAS en laissant une plateforme de SMAS au pourtour de l’oreille permettant la fixation du SMAS, et la remise en tension du visage.

 

Le décollement se fait de façon prudente sous le SMAS, et permet d’ascensionner facilement le visage. On peut alors fixer le SMAS pré-auriculaire, de façon à maintenir le visage en bonne position. Des points de capitonnage sont réalisés. L’hémostase est soigneuse, puis une suture cutanée au surjet résorbable est réalisée.

Suites post-opératoires

Il n’y a habituellement pas de douleur importante, mais plutôt un certain inconfort avec une sensation de tension à la partie haute du cou.

 

Les premiers jours, il faut se reposer et éviter tout effort violent qui pourrait favoriser un saignement. Les suites opératoires sont marquées principalement par l’apparition d’un œdème (gonflement) et d’ecchymoses (bleus) dont l’importance et la durée sont très variables en fonction des patients.

 

Les cicatrices peuvent être un peu rouges initialement. Cette rougeur initiale peut être dissimulée les premiers mois par du maquillage.

Résultat

Un délai de 1 à 6 mois est nécessaire pour réellement apprécier le résultat. Il s’agit du temps nécessaire pour que les tissus retrouvent leur souplesse, en sachant qu’habituellement, il faut une année pour que la cicatrice soit mature et finisse son évolution.

 

L’intervention aura le plus souvent permis de corriger la partie inférieure du visage et d’améliorer le cou.

 

Les résultats seront habituellement durables. Par contre, la peau continue à vieillir et les muscles à bouger, de ce fait, le visage peut se relâcher un petit peu en post-opératoire.

 

Si vos souhaits sont réalistes, le résultat obtenu vous donnera habituellement satisfaction.
Dans une série publiée par le Dr MITZ (1), les résultats ont été jugés « bien » ou « très bien » dans 27 cas sur 32 (soit 85%).

Imperfections du résultat

Les imperfections du résultat peuvent être induites par un malentendu entre ce que l’on peut raisonnablement attendre d’une intervention type minilift. Si le patient ou la patiente a une déformation très importante concernant son visage, il relève plutôt d’une chirurgie type lifting classique, sous anesthésie générale. Un minilift biplan permet d’améliorer la partie inférieure du visage et le cou.

 

Dans certains cas, l’imperfection peut survenir du fait d’une réaction tissulaire inattendue, ou de phénomènes cicatriciels inhabituels. En général, ces petites imperfections disparaissent avec le temps. Si ce n’était pas le cas, ces imperfections peuvent, dans certains cas, être corrigées par une retouche sous anesthésie locale, mais pas avant 6 à 8 mois après l’intervention pour laisser le temps à la cicatrice de se stabiliser.

Complications eventuelles

Les vraies complications sont rares à la suite d’un minilift sous anesthésie locale. Ces complications potentielles sont:

 

Hématome: la plupart du temps sans gravité, ces hématomes peuvent être évacués, s’ils sont importants, par ponction ou par abord direct.

 

Infection : l’infection est exceptionnelle lors d’un minilifting du visage, à part des micro-abcès qui sont plus des réactions à des points résorbables qu’une véritable infection.

 

Anomalies de cicatrisation : les cicatrices hypertrophiques sont assez rares dans cette zone du visage. Il faut cependant bien comprendre que la cicatrisation mettra de 6 mois à 1 an pour être définitive, avec parfois une inflammation un peu plus marquée lors des 3 à 6 premiers mois.

 

Diminution de la sensibilité de la région devant ou en dessous de l’oreille. Cette diminution est fréquente et s’atténue progressivement avec le temps. Il est important de bien caresser cette zone, face au miroir, pour bien favoriser la récupération sensitive.

Conclusion

Le minilift biplan sous anesthésie locale est une intervention qui est intéressante pour les patients ne souhaitant pas un grand lifting sous anesthésie générale. Les meilleures indications sont les patients qui nécessitent une correction de la partie inférieure des joues, la partie inférieure du visage avec début de bajoues, et les patientes ayant un petit relâchement cervical, ou les reprises légères sous anesthésie locale après un premier grand lifting classique.

Réferences

logo_main_white

Actualités du site

s
Prothèses
Prothèses & Sein

Les prothèses mammaires sont soumises très fréquemment à des agitations, ou à des scandales, médiatiques, et ce sujet n’a jamais été aussi pertinent. Cela peut être

Lire la suite »

Reprise enthousiaste d'une activité normale

Nous sommes vraiment très heureux de reprendre une activité chirurgicale normale, car c’est vraiment notre engagement d’homme et de Médecin, et notre vie, de pouvoir rendre service en réalisant ce que nous faisons le mieux, et avec passion: une Chirurgie Plastique de qualité, intense et variée.

Toutes les interventions peuvent maintenant être programmées, et c’est une très bonne nouvelle pour les patientes, que ce soit en Chirurgie Reconstructrice et Réparatrice, ou en Chirurgie Esthétique.

Cette activité se fait dans un esprit de sérénité et de sécurité. Tout est fait pour assurer la sécurité des patients et des équipes, que ce soit au cabinet ou à la Clinique. Les règles sanitaires ont été mises en place (port de masque, gel hydro-alcoolique, barrière de protection…) mais il convient également d’observer les recommandations de distanciation physique, et les gestes barrières dans tout le circuit médical, mais également dans les suites de l’acte envisagé, et aussi de respecter les consignes pré et post opératoires pour éviter tout contact avec un sujet COVID, ou qui simplement pourrait être COVID+.

Nous vous conseillons de vous faire vacciner dès que possible, quelque-soit votre âge, pour votre sécurité et celle des membres de l’équipe. Dans tous les cas, avant chirurgie, un test PCR doit être réalisé 2 jours avant l’intervention, et transmis à la Clinique (une ordonnance vous sera adressée par mail par notre secrétariat).

Vous pouvez maintenant appeler le secrétariat pour programmer votre intervention pour les patientes ayant déjà été vues en consultation. Pour les patientes souhaitant envisager une intervention, et qui n’ont pas encore consulté, elles peuvent prendre rendez-vous par téléphone, ou sur Doctolib (lien de prise de rendez-vous en haut et à droite du site).

La Chirurgie Plastique apporte le plus souvent un bien-être physique et psychologique. Ce bien-être pourra contribuer à retrouver la joie de vivre. Plus que jamais, la Chirurgie Plastique pourra contribuer au bonheur, et apporter un élan positif et vertueux. La Chirurgie Plastique pourra ainsi contribuer à retrouver l’enthousiasme et le dynamisme, et nous pensons qu’il s’agit d’un rôle important et essentiel.